UA-104448237-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avez-vous su ?

  • Des bébés tigres à la Citadelle de Besançon! Trop mignons!

    L’heureuse nouvelle est tombée mardi 18 octobre 2016. Trois bébés tigres de Sibérie sont nés le 29 septembre dernier à la Citadelle de Besançon. Et on a les photos !

    Lire la suite

  • Nos dessins bisontins s’exposent à Sceaux

    VISUEL_EXPO_VOUET_OK - copie.jpgLa rentrée est synonyme de nouvelles expos. Ici comme ailleurs. Le musée du Domaine départemental de Sceaux, près de Paris, ouvre ainsi sa nouvelle exposition de dessins à la mi-septembre 2016. Si je vous en parle sur BesançonInfo, ce n’est pas sans raison. Chaque année, le Département des Hauts-de-Seine invite de grands musées à présenter en ces lieux leurs plus belles pièces d'arts graphiques. Et, c’est au tour de celles du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, actuellement fermé pour de longs travaux, d’y être conviées.

    A voir jusqu'à la fin de cette année 2016

    Présentée du 16 septembre au 31 décembre 2016, cette exposition est intitulée «De Vouet à Watteau. Un siècle de dessin français. Chefs d’œuvre du  musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon». A travers un choix d’œuvres graphiques de peintres français majeurs du XVIIe siècle -Vouet, Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain, Le Brun, Watteau…-, elle montrera aux visiteurs du musée du Domaine départemental de Sceaux une petite facette de la richesse de notre exceptionnel cabinet de dessins bisontin.

    Toutes les infos : ICI

  • Un bébé lémurien mais pas seulement !

    BB citadelle.jpg

    Vous avez peut-être su qu’un bébé lémur couronné était né à la Citadelle de Besançon. Mais le carnet rose de notre Museum d’histoire naturelle en ce printemps 2016 compte aussi quatre autres bébés qu’il ne faut pas oublier: deux sangliers des Visayas et deux nandous de Darwin.

    Ces naissances sont d’autant plus importantes que ces trois espèces sont aujourd’hui menacées, principalement par la destruction de leur habitat naturel, et font l’objet de programmes européens d’élevage (EEP).

    Coronatus(c)Alexandrine.VESZ(2) - copie.jpg

    Le lémur couronné, exclusivement présent dans la partie nord de l’île de Madagascar et notamment dans la réserve protégée d’Ankarana, est une espèce classée en danger sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). En Europe, on compte seulement 76 adultes et 5 jeunes dans les parcs zoologiques qui assurent sa conservation ex-situ («hors de la nature»).

     

    Visaya&BB(c)Museum.Besancon - copie.jpg

    Le sanglier des Visayas, espèce endémique des forêts tropicales des Philippines, est classé en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’UICN. Quant au nandou de Darwin, cet oiseau d’Amérique latine voisin de l’autruche, est une espèce considérée comme quasi menacée.

    Nandou_jeune(c)Museum.Besancon.jpg

    © Alexandrine Vesz (photos lémur) - Museum Besançon (sanglier et nandou)

  • Où l’on reparle de la Rhodia

    Avez-vous su que quatre équipes de paysagistes ont planché la semaine passée, à la demande de la mairie de Besançon, sur le site de l’ancienne usine de la Rhodiaceta, véritable verrue depuis des décennies à l’une des entrées de la ville. Leur mission: proposer chacun un projet pour l’aménagement du parc prévu en ces lieux dans le cadre de la réhabilitation de cette ancienne zone industrielle de 20 hectares située aux Prés de Vaux. Réhabilitation qui comprendra également des logements et des équipements sportifs et culturels, mais ça ce n’est pas encore pour maintenant.

    rhodia.jpg

    Le site de la Rhodia aux Prés de Vaux ©Besançon Info

    L’actu de la Rhodia c’est aussi la déconstruction des bâtiments devant disparaître. Laquelle débutera au second semestre 2016. Mais avec 60 000 m3 de béton à raser, moyennant un coût estimé à 5 millions d’euros, celle-ci devrait s’échelonner sur plusieurs années.

    A suivre donc…

  • Exit 90 pins planoisiens

    2016-01-31_pins Planoise.jpgIls vont tomber les uns après les autres au cours de ce premier trimestre 2016. 90 pins noirs d’Autriche plantés à la fin des années 1960 à Planoise –soit 20% des plantations de cette espèce dans ce quartier- sont condamnés. En cause, un champignon parasite nommé Sphaeropsis sapinea qui les a attaqués. Ce seront des feuillus, mieux adaptés aux conditions climatiques de ce début du XXIe siècle, qui seront replantés pour les remplacer. Quant aux arbres abattus, ils alimenteront, broyés en plaquettes, les chaufferies-bois de Besançon.

     

    Pins noirs rue des Causses, dans le quartier Planoise à Besançon ©Besançon Info

     

     

  • La Citadelle de Besançon en pause hivernale

    P1010315.jpgAttention si vous aviez prévu une petite balade à la Citadelle de Besançon en ce début janvier 2016. Le site est fermé du lundi 4 au dimanche 17 janvier 2016 inclus. Rendez-vous pour la réouverture le lundi 18, aux horaires d’hiver (tous les jours de 10h à 17h).

    Toutes les infos ICI

    La Citadelle en 2011 ©Besançon Info

  • Besançon en habits de Noël

    2015-11-27illuminations.JPG

    Le top départ des illuminations de Noël à Besançon a été donné ce vendredi 27 novembre à 17h30. Les guirlandes, sapins et autres décorations lumineuses du cœur de la ville et de certains quartiers se sont allumés. Au centre ville, s’y ajoutent des initiatives personnelles de commerçants, comme cette boule étincelante de mille feux suspendue rue Gustave Courbet.

    ©Besançon Info

  • De la rue Galilée à la place du Huit-Septembre

    Besançon, franche-comté, noël

    Saviez-vous que depuis quelques années, il est de tradition que le sapin installé dans le cadre des décorations de Noël sur la place du Huit-Septembre à Besançon soit offert à la Ville par un particulier. Il s’agit généralement d’un arbre devenu trop grand ou nécessitant d’être coupé pour une autre raison.

    Alors cette année, le sapin de 15 mètres de haut qui a «poussé» entre l’hôtel de ville et l’église Saint-Pierre était jusqu’alors en terre dans une copropriété de la rue Galilée, dans le quartier de Montrapon, à deux pas du palais des sports. C’est ce qu’a révélé L’Est Républicain le 19 novembre dernier.

    ©Besançon Info