Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Besançon Info...

  • Les horloges comtoises à l’honneur au musée du Temps

    P1040157.jpeg

    Le musée du Temps à Besançon cachait dans ses réserves une quarantaine d’horloges comtoises acquises en 1982 auprès d’un collectionneur vésulien. Presque toutes sont, depuis ce vendredi 17 juin 2016, en pleine lumière dans le cadre de l’exposition «L’horloge de ma grand-mère». À voir jusqu’au 30 octobre prochain.

    P1040160.jpegSi l’histoire et le mécanisme de ces garde-temps sont bien évidemment évoqués, le propos de l’exposition qui occupe le 3e étage du palais Granvelle est aussi de montrer combien ces «horloges de parquet» occupaient une place très particulière au sein des foyers. Présentes généralement dans la cuisine des fermes, elles rythmaient la vie quotidienne des familles. «Elle est un personnage en soi dans la maison, presque un membre de la famille, une présence rassurante et protectrice, mais également oppressante et menaçante lorsqu’elle évoque le temps qui passe…», écrit Laurence Reibel, la conservatrice du musée du Temps dans le catalogue de l’exposition.

    Pour tout savoir sur cette exposition, c’est ICI

    P1040153.jpeg

    ©Besançon Info

     

     

  • Un bébé lémurien mais pas seulement !

    BB citadelle.jpg

    Vous avez peut-être su qu’un bébé lémur couronné était né à la Citadelle de Besançon. Mais le carnet rose de notre Museum d’histoire naturelle en ce printemps 2016 compte aussi quatre autres bébés qu’il ne faut pas oublier: deux sangliers des Visayas et deux nandous de Darwin.

    Ces naissances sont d’autant plus importantes que ces trois espèces sont aujourd’hui menacées, principalement par la destruction de leur habitat naturel, et font l’objet de programmes européens d’élevage (EEP).

    Coronatus(c)Alexandrine.VESZ(2) - copie.jpg

    Le lémur couronné, exclusivement présent dans la partie nord de l’île de Madagascar et notamment dans la réserve protégée d’Ankarana, est une espèce classée en danger sur la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). En Europe, on compte seulement 76 adultes et 5 jeunes dans les parcs zoologiques qui assurent sa conservation ex-situ («hors de la nature»).

     

    Visaya&BB(c)Museum.Besancon - copie.jpg

    Le sanglier des Visayas, espèce endémique des forêts tropicales des Philippines, est classé en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’UICN. Quant au nandou de Darwin, cet oiseau d’Amérique latine voisin de l’autruche, est une espèce considérée comme quasi menacée.

    Nandou_jeune(c)Museum.Besancon.jpg

    © Alexandrine Vesz (photos lémur) - Museum Besançon (sanglier et nandou)

  • L’hôpital Saint-Jacques de Besançon dans L’Esprit comtois

    2016-05-01 Esprit comtois.jpgIl est l’un des fleurons du patrimoine bisontin. L’hôpital Saint-Jacques fait la une du dernier numéro du magazine trimestriel «L’Esprit comtois» et l’objet d’un dossier de 17 pages. S’y découvrent son histoire et quelques souvenirs de son ancienne vie médicale presqu’entièrement révolue.

    L’occasion d’apprendre par exemple que chaque aile du bâtiment d’origine (le U inversé entourant la cour d’honneur fermée par la très belle grille de Nicolas Chappuis) avait une destination particulière au XVIIIe siècle. L’aile de droite était surtout dévolue aux sœurs hospitalières, celle de gauche abritait l’infirmerie des soldats et les espaces réservés aux enfants nécessiteux pris en charge par l’institution de la Charité. Quant au bâtiment du fond, il accueillait le réfectoire des religieuses et, à l’étage, l’infirmerie des «Bourgeois».

    En pratique: «L’Esprit Comtois», n°4, printemps 2016, 100 pages. En vente en kiosque au tarif de 7 euros.

    Parmi les nombreux sujets déclinés, Besançon est également à l’honneur dans la rubrique «restaurant» avec un article sur La Pension de Violette et Raphaël (18 rue Bersot) et en «spécialité» avec les secrets d’une bonne sèche révélés par le pâtissier Claude Perruche (22 rue des Granges).

  • Instantané bisontin

    IMG_1662.jpeg

    Un air de printemps à Besançon…

    © Besançon Info

  • Les éléphants masqués de Besançon

    2016-03-24-affiche Carnaval elephants.jpg

    Les avez-vous vus ? Deux éléphants masqués s’affichent aux quatre coins de Besançon. Rien à voir avec le retour de pachydermes à la Citadelle (eh oui, moi qui vous parle, ai jadis bien vu des éléphants dans notre zoo bisontin… et ils n’étaient pas roses!)

    Ces éléphants masqués annoncent le Carnaval qui se déroulera dans nos rues le week-end prochain, 2 et 3 avril 2016. Un carnaval qui cette année se place sous le thème des comptines.

    Toutes les infos sur le Carnaval de Besançon sur le site du Comité de fêtes ICI

    ©Besançon Info

  • Vu au cœur de Besançon

    2016-03-08-comptoir jouet.jpeg

    Dans un immeuble de la rue Luc Breton à Besançon, j’ai découvert que l’un des appartements a sa porte d’entrée surmontée d’une plaque. Sur celle-ci figure l’inscription «Comptoir central du jouet». De quand date-t-elle ? Qu’était ce Comptoir central du jouet ? Quelqu’un le sait-il ?

    L'enquête est ouverte...

    © Besançon Info

  • Le cœur de Besançon balance…

    2016-03-08_jonquilles neige.jpeg

    Entre printemps, avec les parterres de jonquilles qui ont fleuri en ce début mars le long de la ligne du tram, avenue du 8 mai 1945. Et hiver, avec les flocons qui sont tombés sur notre région depuis le week-end dernier. Le cœur de Besançon balance en ce 8 mars 2016…

    ©Besançon Info

  • Où l’on reparle de la Rhodia

    Avez-vous su que quatre équipes de paysagistes ont planché la semaine passée, à la demande de la mairie de Besançon, sur le site de l’ancienne usine de la Rhodiaceta, véritable verrue depuis des décennies à l’une des entrées de la ville. Leur mission: proposer chacun un projet pour l’aménagement du parc prévu en ces lieux dans le cadre de la réhabilitation de cette ancienne zone industrielle de 20 hectares située aux Prés de Vaux. Réhabilitation qui comprendra également des logements et des équipements sportifs et culturels, mais ça ce n’est pas encore pour maintenant.

    rhodia.jpg

    Le site de la Rhodia aux Prés de Vaux ©Besançon Info

    L’actu de la Rhodia c’est aussi la déconstruction des bâtiments devant disparaître. Laquelle débutera au second semestre 2016. Mais avec 60 000 m3 de béton à raser, moyennant un coût estimé à 5 millions d’euros, celle-ci devrait s’échelonner sur plusieurs années.

    A suivre donc…